Témoignages
Accueil » Témoignages » Ludovic DUVAUCHEL

Ludovic DUVAUCHEL

Ayant obtenu une licence professionnelle en comptabilité / contrôle de gestion en alternance, je cherchais à intégrer une école de commerce où le cursus scolaire pouvait me correspondre.

Et c’est après avoir entendu beaucoup de bien sur le corps professoral que j’ai décidé de poursuivre mes études à l’ESCG Paris.

Lorsque je suis arrivé, j’avais déjà mon entreprise, dans laquelle j’occupais un poste d’assistant comptable. Grâce à la qualité des cours enseignés en 4ème année, en contrôle de gestion et audit financier, j’ai pu mettre en pratique mes connaissances théoriques au sein de mon entreprise.

J’ai acquis davantage de confiance en moi, d’aisance relationnelle, mais également de la réflexion sur les résultats obtenus afin de pouvoir proposer des axes d’améliorations.

Aujourd’hui, j’ai choisi de continuer mes études à l’ESCG Paris en 5ème année Contrôle de Gestion et Audit Financier.

J’ai trouvé une entreprise d’accueil facilement grâce aux compétences acquises durant la 4ème année ainsi qu’à mon chargé de placement, Mr Fréminet, qui m’a beaucoup conseillé et aidé dans mes recherches.

Lors de mes entretiens physiques comme téléphoniques, je voyais que j’arrivais à me démarquer des autres candidats pour deux raisons :

  1. Mes 4 années en alternance sont un réel atout pour les recruteurs
  2. Mes compétences acquises durant mon parcours

L’école nous donne toute l’aide dont nous avons besoin. Après, c’est nous qui avons notre destin entre les mains.

Je remercie toute l’équipe de l’ESCG Paris pour sa sympathie et son sérieux qui a fait de cette année, une année d’exception.

Ludovic DUVAUCHEL

Contrôle de Gestion, LinkedIn

Partagez sur les réseaux sociaux :

AUTRES TÉMOIGNAGES

Tom WYBO

Tom WYBO

La force de l’ESCG Paris est l’apport d’une gymnastique cérébrale où je peux théoriser du savoir et le mettre en...

Joyce JUTAN

Joyce JUTAN

J'ai été placée en entreprise grâce à l'école. Les chargés de placement reçoivent beaucoup d'offres qu’ils...